Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 11:43

P1000021.JPGComment sortir une ville touchée de plein fouet par le déclin économique, redonner espoir à la population et l’impliquer dans la mise en place d’un nouveau mode de vie au point d’en faire une ville pilote et un pôle de compétitivité ?

 

La ville de Loos a connu plus de 100 ans d’exploitation du charbon. Le déclin progressif des mines puis l’arrêt définitif du dernier puits en 1986 laissent une commune morcelée, un tissu social détruit et un environnement pollué.

 

Plutôt que de chercher à attirer de nouvelles industries, la municipalité décide de se tourner vers un modèle économique durable, basé sur 3 axes et qui :

-       parte des besoins de la population et de la ville (démocratie participative),

-       pense et mène les politiques publiques de façon transversale (économique, sociale et environnementale),

-       en prenant en compte le long terme et le principe de réversibilité.

 

Le premier défi consiste à redonner aux habitants leur appartenance à la commune et l’envie d’entreprendre. En effet, depuis plus d’un siècle, en travaillant pour la mine, les mineurs s’installaient dans une maison de la cité minière proche d’une des sept fosses et bénéficiaient d’un système médical minier. Vivant en quasi-autarcie dans leur cité, les familles finissaient par ressentir moins d’appartenance à la commune et perdaient peu à peu leur esprit d’initiative. La révision du Plan d’Occupation des Sols en 1990 est l’occasion d’initier un dialogue avec les habitants et de prendre en compte leurs besoins. En intégrant la vision économique (pas de voiture pour les habitants les plus démunis) et environnementale (les nappes phréatiques étaient polluées, il ne fallait plus artificialiser les sols pour laisser l'eau de pluie s’infiltrer), la démarche aboutit notamment à un chemin piétonnier autour et au travers de la ville permettant de joindre les écoles, le centre-ville et les différents quartiers de la commune à pied ou à vélo. Ce sentier en végécole (enrobé d’origine végétale) ou en sable devient vite un lieu de rencontre et le lieu de passage d’animaux, notamment d’hirondelles qui feront l’objet d’un recensement ultérieur par la population.

En dehors de la démocratie participative, la ville s’attache à expliquer et à interpréter à l’aide d’indicateurs ou de panneaux d’information les actions pour rendre visible les concepts du développement durable. L’objectif est aussi de faire comprendre que la commune s’inscrit dans un ensemble global. Ceci permet alors d’engager des actions nouvelles, avec par exemple un programme d’économie d’énergie (changement climatique mais aussi pouvoir d’achat de la population) ou le recours à des matériaux durables (bois FSC, plastique recyclé) et à des critères éthiques dans les marchés municipaux.

P1000026.JPGEn 2000, une charte du cadre de vie voit le jour, instituant la systématisation de l’écoconstruction des bâtiments publics, des logements sociaux ou des bâtiments industriels, la mise en place de dispositifs de récupération et de réutilisation des eaux pluviales. Elle voit aussi la création d’une ceinture verte gagnée en partie sur les friches industrielles. Une prairie dédiée à la biodiversité est plantée devant la mairie, les deux derniers terrils, conservés comme mémoire de l’histoire de la ville, deviennent une réserve naturelle.

De nombreuses autres actions ont été engagées, notamment auprès des jeunes et en matières culturelle, sportive et de santé. Les énergies renouvelables ont fait leur entrée dans la commune et la gestion des espaces verts à « zéro phyto » est en cours depuis 2005.

 

Le succès des premières initiatives a entraîné dès 2001 par l'actuel maire de la commune, Jean-François Caron, la généralisation de ces pratiques durables à l’ensemble de la politique municipale. La réussite des actions est d’autant plus forte que les habitants ont développé une expertise dans la gestion des réalisations communes, utile aux objectifs suivants.

Loos-en-Gohelle est devenue une ville pilote en développement durable, dont la réussite est analysée par des universitaires d’autres pays, et la réélection à 82,1% du maire en 2008 montre aux observateurs extérieurs qu’il est possible d’emporter l’adhésion de la population sur des projets différents du modèle capitaliste classique.

 

Aujourd’hui, la ville s’attache à transférer ses bonnes pratiques et à les généraliser pour qu’elles puissent être reprises ailleurs. La difficulté consiste notamment à créer des indicateurs évaluant la qualité de la vie, le lien social, le bien-vivre. Des entreprises, universités et écoles viennent s’installer dans la commune. Un écopôle de formation devrait prochainement voir le jour dans cette ville qui a cette fois-ci misé sur un avenir choisi.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Viviane 30/03/2011 20:15


Je suis de retour... petit à petit...
Passe une bonne fin de journée
Bise
Viviane


nessa :0075: 18/03/2011 09:26


les bonnes nouvelles sont rares en ce moment elles se dégustent :) bizzz bonne journée


Viviane 22/02/2011 22:27


Petit coucou rapide!
Je voudrais te présenter toutes mes excuses pour ne pas venir plus souvent, mais je ne suis pas au top de ma forme, ce qui ne veut pas dire que j'oublie mes amies
Passe une bonne soirée.
Bise
Viviane