Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 11:48

L’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA), créée en janvier 2002 à la suite d’une série de crises alimentaires survenues à la fin des années 1990 en Europe, a publié le 12 juillet dernier son rapport annuel sur les résidus de pesticides dans les aliments. Le rapport se base sur des mesures effectuées en 2008 et évalue l’exposition des consommateurs européens à ces résidus dans leur régime alimentaire. 200 types d’aliments différents ont été étudiés.

Les résultats sont encourageants : 96,5% des échantillons analysés étaient conformes aux limites maximales autorisées par l’Union Européenne. Mieux encore, aucun résidu n’était détecté dans 62,1% des échantillons testés, en hausse par rapport aux années précédentes. En revanche, 3,5% des échantillons dépassaient les normes autorisées, mais ce chiffre est en diminution par rapport à 2007 (4,2% des échantillons testés à l’époque).

Les analyses ont également porté sur des aliments vendus en Europe mais en provenance de pays ne faisant pas partie de l’UE. Pour ces produits, les chiffres sont moins bons : 7,6% dépassaient les limites maximales autorisées en Europe.

Selon l’EFSA, 350 substances actives (sur les 1223 dans le monde) sont actuellement autorisées en Europe et figurent sur une « liste positive » (annexe I de la Directive 91/414). Pour 814 substances actives, le fabricant n'a pas présenté de dossier à l'appui de l'évaluation ou les substances n'ont pas reçu une évaluation positive et une décision de ne pas les inclure dans la liste positive a été prise au niveau européen. 59 substances actives sont en cours d’évaluation.

Ces chiffres montrent d'une manière générale que le monde de l’agriculture bouge. En dehors de l’agriculture intensive, où l’utilisation des pesticides se rationnalise, on trouve d'autres types d'agriculture, comme l’agriculture biologique, en forte progression ces dernières années, l’agriculture durable, l’agriculture biodynamique, l’agriculture extensive ou encore l’agriculture raisonnée qui refusent ou limitent les pesticides chimiques.

Pour le consommateur, une façon supplémentaire de limiter l’absorption de pesticides consiste à laver puis à éplucher les fruits et les légumes. En effet, l’EFSA rappelle que les pesticides peuvent s’accumuler dans nos organismes. Elle a d’ailleurs réalisé une étude à ce sujet.

Partager cet article

Repost 0
Published by CVA
commenter cet article

commentaires

Siratus 12/09/2010 10:05


Globalement cela parait être une bonne nouvelle. Mais combien de lustres seront nécessaires pour un changement durable ?
Dans la réalité, l'évolution des méthodes agricoles me parait très, très, très lente !
Beau dimanche. Gros bisous.


juju 22/07/2010 08:48


le chiffre de 62, 1% est celui qui me rassure le plus : aucune trace dans le produit. Le bio qui n'utilise que des méthodes de grand-mère avec des substances végétales me tranquillise plus
pourtant.va savoir pourquoi ?