Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
100_2090.JPGLa région Ile-de-France compte plus de 11 millions d’habitants et s’étend sur 12 000 km2. Les villes représentent 20% du territoire et, chose difficile à croire, les espaces ruraux ou boisés 80% ! Selon Natureparif, première agence régionale en Europe au service de la nature et de la biodiversité, 228 espèces d’oiseaux, 18 000 espèces d’insectes, 60 espèces de mammifères, 17 espèces de reptiles, 12 espèces d’amphibiens et 1 500 espèces de végétaux  vivent sur ce territoire. 200 de ces espèces sont d’ailleurs protégées, dont 50 sylvestres. Cette belle diversité provient des influences climatiques, mélange entre les climats océanique, continental et méditerranéen (les figuiers, la lavande et les pêchers poussent en région parisienne aussi). Elle trouve refuge aussi bien dans les bois qu’en ville.

4 parcs naturels régionaux couvrent 14% du territoire. 5% de la surface est également occupée par des zones humides, sites importants pour accueillir entre autres les amphibiens et les oiseaux migrateurs. Dans Paris même, des canards migrateurs ont pris leurs habitudes dans un petit square municipal situé au Nord de la ville. Des renards auraient aussi élu domicile dans l’ancienne voie de chemin de fer qui faisait le tour de la capitale et qui est soit en friche aujourd’hui, soit transformée en sentier nature. Des lapins habitent un parc proche du bois de Boulogne et ont réussi à traverser le périphérique et plusieurs avenues pour arriver jusqu’à leur nouveau domicile ! Selon l’union nationale des apiculteurs de France, les abeilles de la capitale produisent plus de miel que celles des zones de monocultures intensives. En ville, les abeilles trouvent plus de diversité d’arbres et de plantes mellifères, moins de produits phytosanitaires et des températures plus douces.

Pour protéger la biodiversité de ses jardins, la Ville de Paris a décidé depuis 2006 de ne plus utiliser de pesticides ou d’insecticides chimiques. Les coccinelles sont donc de retour, ainsi que des colonies d’insectes éphémères et de papillons. D’autres villes de la région ont signé des accords avec des ONG de protection de la nature.

Entre immeubles et circulation, la nature semble plus précieuse.

(photo CVA)

Partager cette page

Repost 0
Published by