Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 17:04

A la suite d’une proposition de loi déposée en juillet 2009, et après un aller-retour entre le Sénat et l’assemblée entre mars et juin de cette année, l’assemblée nationale a adopté une loi interdisant l’utilisation de bisphénol A dans les biberons. L’objectif recherché est la diminution de « l’exposition humaine aux produits qualifiés de perturbateurs endocriniens » selon l’article 2 de la loi qui indique que le gouvernement présentera « un rapport au Parlement au plus tard le 1er janvier 2011, indiquant les mesures déjà prises et celles envisagées pour diminuer (cette) exposition ».

En effet, le bisphénol A est présent dans ce que l’on appelle communément les plastiques alimentaires et même dans certaines boîtes de conserve. Si l’on peut se réjouir de cette interdiction pour les biberons, une extension à tous les récipients en plastique alimentaire serait un autre pas positif car selon le Mouvement pour le droit et le respect des générations futures -MDRGF – qui cite une étude de l'Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments), le bisphénol A serait transmissible de la mère à l’enfant via l’allaitement au sein et le lait maternisé et serait diffusé à chaque fois que l’on réchauffe un produit dans un récipient contenant cette substance.

Pour protéger les bébés, il faut donc protéger les adultes aussi en interdisant le bisphénol A dans tous les produits en contact avec les aliments. Réponse en 2011.

Repost 0
Published by CVA - dans produit
commenter cet article
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 08:47
100_2057.JPGSelon l'organisme public ONF, l'Office National des Forêts, la construction d'une maison en bois permet de stocker 12 à 30 tonnes de carbone pendant toute la durée de vie de la maison. En effet, le bois absorbe le carbone lors de sa croissance et le conserve tant qu'il n'est pas brûlé. En utilisant le bois comme matériau de construction, pour ses meubles ou comme couverts à salade, saladiers et autres menus objets, chacun contribue à la captation de CO2. Le rapport est simple à retenir : 1 m2 de bois absorbe 1 tonne de CO2. Le CO2 stocké dans le bois d'un seul logement neutralise les émissions d'une voiture pendant plusieurs années.
Mais attention, le bois doit provenir de forêts gérées durablement (on coupe mais on replante aussi) situées le plus proche possible pour éviter le transport et les émissions de CO2 associées. L'ONF met en vente près de 40% des bois mis sur le marché en France et s'organise pour développer le secteur de la scierie, de la construction et de la production d'énergie, avec de nouveaux emplois à la clef.
(photo CVA)
Repost 0
Published by CVA - dans produit
commenter cet article
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 14:20

PICT0015.JPG Copenhague touche à sa fin. Des solutions s’esquissent mais c’est plutôt vers un mixte de solutions qu’il faut tendre, chaque pays n’ayant pas les mêmes besoins ni les mêmes ressources. L’Association Européenne de l’Industrie Photovoltaïque (EPIA), qui regroupe plus de 200 membres de la branche du photovoltaïque et du thermique solaire, pointe le cas des pays de la « ceinture solaire » (régions où l’insolation est intense) dans lesquels le solaire permettrait de fournir de l’électricité à grande échelle, de façon propre, rentable et renouvelable. Ces pays, parmi lesquels le Brésil, le Pakistan, l’Indonésie, l’Afrique du Sud, l’Inde et d’autres encore sont en plein développement économique et leur demande en électricité augmente rapidement. Mais en dehors de la ceinture solaire, des pays comme l’Allemagne ont déjà misé sur le solaire pour la production d’eau chaude et de chauffage. Selon le Bundesverband Solarwirtschaft, l'association professionnelle du solaire dans ce pays, le nombre d’installations solaires pour le chauffage et la production d’eau chaude en Allemagne a plus que doublé en 2008 par rapport à l’année précédente. Pour 2010, le secteur prévoit une forte croissance du solaire au plan national comme à l’international et voit se profiler des contrats avec l’Italie et la Chine où la demande solaire a fortement augmenté ces dernières années. Selon ENERPLAN, l’association française de l’industrie solaire en 2008, le marché du solaire thermique français a lui aussi connu une croissance importante : +20 % par rapport à 2007.  42 000 CESI - Chauffe-Eau Solaire Individuel (contre 39 000 en 2007) et 5 800 SSC – Systèmes Solaires Combinés (contre 5 000 en 2007) ont été installés. En 2008, ce sont 57 000 m2 d’installations d’eau chaude solaire collective qui ont été installés (contre 40 000 m2 en 2007). Ainsi, le marché solaire thermique 2008 de France métropolitaine s’élève à 313 000 m2 (260 000 m2 en 2007), soit 219,1 MWth installés.
Selon l'EPIA, la part du solaire en Europe  (1% aujourd'hui) pourrait atteindre 12% du total des énergies en 2020 "si des conditions plus favorables étaient établies par les décideurs européens". Demain, jour de clôture de la Conférence de Copenhague, nous dira si les professionnels du solaire ont été entendus.
(photo CVA)
Repost 0
Published by CVA - dans produit
commenter cet article
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 16:41
Au salon Planète Mode d’Emploi, qui s’est tenu du 24 au 27 septembre à Paris, les producteurs et déshydrateurs de luzerne, regroupés en syndicat, présentaient les bienfaits de cette plante autrefois cultivée à grande échelle dans les campagnes de France, mais actuellement en fort déclin. Selon les producteurs, la luzerne est une plante très écologique. En effet, dans un document fourni aux visiteurs, on pouvait lire que « la luzerne, légumineuse pérenne, ne manifeste qu’une faible dépendance vis-à-vis des intrants (herbicides et insecticides) et permet donc d’héberger des insectes auxiliaires des cultures environnantes, des micro-organismes et une micro et macrofaune jusqu’à 100 fois supérieure à une culture de blé. Permanente pour 4 à 5 ans, la culture de luzerne réduit les pollutions par les nitrates et le phosphore grâce à un système de racines extrêmement développé allant jusqu’à 10 mètres de profondeur permettant d’absorber les excès d’azote dans le sol. Protectrice des sols, elle peut servir de combustible, une fois déshydratée pour le chauffage domestique. Plante la moins gourmande en espace pour produire une tonne de protéines, elle permet de libérer de la surface pour des cultures alimentaires, éviter de nouvelles déforestations ou permettre de reboiser des terrains. »
La luzerne, de l’ancien provençal luzerna voulant dire "lampe", deviendra t-elle prochainement une culture-phare pour protéger l’environnement en France ?
Repost 0
Published by CVA - dans produit
commenter cet article
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 15:36
Du 16 au 22 septembre, c’est la semaine de la mobilité. Pendant ces 7 jours, environ 700  opérations sont organisées dans toute la France pour informer le public des différentes possibilités qui existent pour se déplacer. Certaines villes ont mis l’accent sur les transports publics gratuits. D’autres favorisent le co-voiturage. La ville de Paris a choisi de mettre en avant les transports publics et privés électriques. Sur le parvis de l’hôtel de ville, 40 véhicules électriques, du vélo au bus, sont présentés jusqu’à aujourd’hui.


Côté deux-roues, des vélos électriques, des triporteurs et des scooters sont à disposition des visiteurs souhaitant faire un tour sur un circuit balisé. Selon les statistiques fournies par la ville, la majorité des déplacements à Paris ne dépassent pas les 3 km.

Avec un coût de 50 centimes pour 100 km, le scooter électrique risque fort de trouver de nouveaux adeptes, d’autant plus que pour favoriser son développement, la Ville en subventionne l’achat à hauteur de 25% (dans la limite de 400 €). La même subvention vaut aussi pour le vélo électrique qui permet de doubler les distances parcourues par rapport à celles faites avec un vélo classique (8 km au lieu de 4 en moyenne).


Côté acheminement des marchandises, le choix est large également. Il faut dire que depuis 2007, seuls les véhicules de marchandises propres ont le droit de livrer entre 17h00 et 22h00 dans la capitale ; c’est-à-dire les véhicules de marchandises roulant à l’électrique ou au gaz, les hybrides et les véhicules diesel aux normes euro (4 jusqu’à fin 2009 et 5 ensuite). Pour faciliter la livraison de façon écologique, des micro-plateformes l
ogistiques proches du centre ont été ouvertes afin de permettre à des véhicules de faible autonomie de pouvoir livrer sans souci.

Les voitures particul
ières sont également représentées ainsi que leur système de recharge pour le moins habituel (une simple prise !). Leur design va du plus sobre au plus amusant, nous garantissant dès 2010 un peu de fantaisie et de gaîté dans les rues.



Côté bus, plusieurs modèles (inclinables, pour la plupart), sont également présents sur le parvis.

Enfin une borne multiprise est présentée au public. 300 prises réparties sur 100 points sont déjà implantées dans la capitale. Reste à associer ces bornes et celles qui seront installées partout en France à une production d'électricité renouvelable (solaire, air, eau...).




(photos CVA)
Repost 0
Published by CVA - dans produit
commenter cet article
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 13:20
Cela faisait au moins dix, voire vingt ans que l’on en entendait parler. Le lave-linge sans détergent est maintenant mis en vente auprès du grand public. Fonctionnant par électrolyse, il nettoie à l’eau ! Serons-nous capables de ne pas ajouter de lessive ?
Repost 0
Published by Main verte - dans produit
commenter cet article
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 09:12
En visite dans des serres municipales, une pancarte sous un arbuste indiquait au visiteur « le coton est la première fibre végétale utilisée sur la planète et représente 60% de toutes les fibres utilisées dans l’habillement. Malheureusement, la moitié des pesticides dans le monde aboutit dans des champs de coton ! »
Il est pourtant possible de trouver depuis quelques années des vêtements en coton bio. Par correspondance ou dans les magasins, de plus en plus de marques proposent des articles en coton bio. Le plus souvent, la filière  de fabrication suit les principes écologiques. Comme l’indique cette étiquette : « Nos vêtements sont blanchis sans chlore et les teintures sont exemptes de métaux lourds ». Le risque d’allergie est donc limité pour les personnes sensibles et les effets sur l’environnement diminués d’autant. Qui le premier aura son vêtement bio ? Bébé, bibi, Pépé ou Mémé ?

Plant de coton (photo Main verte)
Repost 0
Published by Main verte - dans produit
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 13:50
Une marque de stylos vient de lancer un roller écologique : constitué à 89% de plastiques recyclés (notamment des bouteilles d’eau), le stylo est également rechargeable.
D’autres fabricants proposent des stylos en carton ou en bois ou des crayons de couleur en bois de tilleul provenant d’exploitations gérées durablement. De quoi satisfaire les utilisateurs de papier recyclé à qui il manquait l’instrument pour écrire ou dessiner également respectueux de notre planète.
Repost 0
Published by Main verte - dans produit
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 13:48
Les orties, c'est bien connu, ça pique et ça pousse sur les terrains vagues ou dans les jardins abandonnés. Bref, il n'y a pas de quoi être fier quand on en voit pousser au coin du tas de bois, au fond du jardin.
Pourtant, cette plante (urtica dioica) possède de nombreuses vertus : les feuilles contiennent des vitamines du groupe A, B, C et E. Par ailleurs, elles regorgent de minéraux et d'oligo-éléments. L'ortie est minéralisante et tonique. Les herbivores ne s'y trompent pas.
Mais ses bienfaits ne s'arrêtent pas là. L'ortie blanche (lamium album), cousine de l'ortie, est astringente et diminue les écoulements sanguins. Elle est dépurative et expectorante.
Côté jardin, les jardiniers avisés l'utilisent comme engrais en faisant du purin d'ortie et s'en servent également comme insecticide naturel contre les pucerons.
Mais une autre utilisation a été trouvée pour l'ortie : l'habillement. L'ortie blanche possède en effet de longues fibres extraites de sa tige qui confèrent "brillance et finesse à votre vêtement".
On connaissait le lin puis le coton bio, maintenant l'ortie blanche. Une nouvelle raison de regarder cette "mauvaise herbe" d'un autre oeil !
(photo Main verte)
Repost 0
Published by Main verte - dans produit
commenter cet article