Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 16:16

P1000147-copie-1.JPGLe 3 mai dernier, la ministre des sports, Chantal Jouanno, a présenté la Stratégie nationale de développement durable du Sport (SNDDS). Cette stratégie a pour objectif de limiter les impacts sur l’environnement des activités sportives de façon directe mais aussi indirecte, comme le transport, la fabrication d’articles de sport ou la construction de structures sportives. Elle comporte également un volet social fort.

 

Des solutions existent pour faire du sport une activité durable et la stratégie propose de relever 9 défis en utilisant 234 leviers d’action. Parmi ces défis, on peut citer la consommation et la production durables, la lutte contre le changement climatique et l’accroissement de la part des énergies renouvelables ou la conservation et la gestion durable de la biodiversité et des ressources naturelles. La stratégie souhaite également relever des défis d’ordre social, en favorisant notamment l’intégration des populations migrantes et la lutte contre la pauvreté à l’échelle nationale et internationale. Elle souhaite l’implication de tous : ministère des sports, fédérations, comités et clubs, organisateurs privés, annonceurs, agences de conseils, bénévoles, pratiquants et non pratiquants…


Plus concrètement, ces défis permettront de proposer des équipements sportifs plus écologiques issus de l’éco-conception, dotés d’une étiquette énergie et recyclés en fin de vie, comme les 12 millions de balles de tennis depuis 2008. Les bâtiments sportifs seront progressivement dotés d’installations énergétiques renouvelables (panneaux solaires, par exemple), de récupérateurs d’eau de pluie ou directement éco-conçus pour les bâtiments neufs. Les déplacements des sportifs, de l’encadrement, des spectateurs des 2,5 millions d’événements sportifs annuels en France et des stages préparatoires devront s’effectuer en privilégiant le transport doux, de façon rationalisée pour répondre à l’augmentation des prix de l’énergie, diminuer les émissions de CO2, mais aussi pour améliorer la santé et la qualité de vie de tous. Côté social, la stratégie souhaite intégrer plus de personnes en situation de handicap, promouvoir la solidarité et l’égalité homme/femme mais aussi la solidarité entre les 34 millions de pratiquants en France avec le reste de la société. « Le modèle économique et social dans lequel nous vivons est daté. Ce système rend les gens malheureux et confond besoins et envies. » a indiqué la ministre. Ceci est également vrai à l’international, où l’objectif de la stratégie est que le sport français soit porteur de paix et un vecteur d’éducation, de santé et de développement.


Visiblement, les défis à relever n’ont pas fait peur au monde sportif. En effet, la stratégie avait d’ores et déjà reçu le soutien et l’engagement de plus de 240 acteurs (personnes physiques et organismes, collectivités ou entreprises) le jour de son lancement. Chantal Jouanno, elle-même sportive de haut niveau, a précisé que  « la stratégie n’est pas une contrainte mais un changement, une co-construction. Et le sport est un des espaces où l’on a le plus d’atouts pour relever les défis du XXIè siècle ».

(photo CVA)

Partager cet article

Repost 0

commentaires