Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 14:33

100 2057Quelques jours avant Noël, le 21 décembre, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a donné son accord pour la création d’une plate-forme intergouvernementale d'interface science-politique sur la biodiversité et les services écosystémiques : l’IPBES *. L’objectif de cette plate-forme internationale est de fournir des informations scientifiques sur la perte des espèces et la destruction des écosystèmes dans le monde, afin de permettre aux pays de prendre des décisions en faveur de la protection de la biodiversité qui rend aux hommes des services inestimables.


En effet, ces 50 dernières années, l’extension des terres cultivées et la perte des habitats pour de nombreuses espèces, les pollutions industrielles, agricoles mais aussi individuelles, la surexploitation des ressources naturelles terrestres et marines ont entraîné une grande diminution de la variété et du nombre des espèces (plantes et animaux) présentes sur Terre et des déséquilibres dans les fonctions naturelles des écosystèmes. Or, ces espèces et écosystèmes sont liés et interdépendants entre eux et nous fournissent la grande diversité de nos produits alimentaires, de nos fibres textiles, des matières premières que nous utilisons pour nous chauffer, construire nos logements et nous déplacer. Elles sont également à la base de nos médicaments.

L’accord pour la création de l’IPBES est une avancée positive, car cette nouvelle structure devrait permettre aux pays de prendre des mesures concrètes locales ou internationales, comme avec le GIEC pour le climat. La première réunion de l’IPBES se tiendra sans doute en juin. Un pays d’accueil du secrétariat sera choisi et les modalités de fonctionnement de la plate-forme définies. Mais la protection de la biodiversité est aussi l’affaire de chacun au quotidien, lors de ses achats, en triant ses déchets ou en évitant les produits toxiques pour la maison ou le jardin qui passent ensuite dans la nature. La protection des espèces est également une question de connaissance ou de découverte de ce qui nous entoure et aussi de plaisir tout simplement, en contemplant un paysage, en écoutant un chant d’oiseau ou en respirant le parfum des arbres ou des fleurs. Des petits bonheurs à conserver à notre échelle.

* en anglais Intergovernmental Platform on Biodiversity and Ecosystem Services

photo CVA

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Viviane 06/01/2011 18:05


Il faudrait que chacun se mobilise à sa propre échelle!
J'ai souvent l'impression que personne ne se sent vraiment concerné et pourtant le jour où ça va mal tout le monde hurle d'une même voix...
Je te souhaite une bonne et heureuse année à toi et à tous ceux qui te sont chers
Un bisou amical
Viviane